Les sentiers de randonnée sont-ils devenus dangereux cet hiver à cause du confinement ?

Les sentiers de randonnée sont-ils devenus dangereux cet hiver à cause du confinement ?

12 mai 2020 0 Par Lea C.

L’hiver a été particulièrement chargé en intempéries et les deux derniers mois de confinement ont laissé les chemins de randonnée à l’abandon. Résultat, la Fédération française de randonnées et les passionnés s’inquiètent de savoir dans quel état ils vont retrouver les chemins de randonnée. Le plus important, c’est évidemment d’assurer la sécurité des marcheurs.

Une grande opération de reconnaissance lancée par la Fédération

Les sentiers de randonnée traversent les plus beaux paysages naturels du pays et il est tout à fait normal que la nature reprenne ses droits quand les sentiers ne sont pas entretenus. Dans les régions montagneuses comme celles d’Annemasse, le risque le plus important reste l’instabilité du terrain due aux intempéries et au manque d’entretien.

La Fédération française de randonnées va donc lancer, dès le lundi 11 mai, une grande opération de reconnaissance en envoyant 550 randonneurs s’assurer que les GR les plus populaires sont accessibles en toute sécurité. Les randonneurs sont également invités à télécharger des applications comme Visiorando pour se tenir informés et prêts à faire face à différentes situations.

Les randonnées pourront-elles reprendre normalement ?

Avec la levée du confinement, les randonnées sont à nouveau autorisées à condition qu’elles ne dépassent pas le rayon de 100 kilomètres autorisé. Pour les habitants d’Annemasse, cela offre un large accès à des dizaines de randonnées. Le nombre de participants sera néanmoins limité à 10 et la distanciation sociale devra être appliquée. Il n’est donc pas question de marcher collés les uns aux autres.

Malgré cela, des incertitudes planent au-dessus de la bonne reprise des activités de randonnée. Dans certaines régions, il est impossible de savoir s’il sera permis de traverser les plages pour suivre certains GR. De plus, certaines randonnées pourraient être interdites si la dégradation du sentier pendant l’hiver a été trop importante.

Les risques d’un arrêté préfectoral pèsent au-dessus des randonneurs

Pour finir, les amateurs de randonnées ont été prévenus : chaque préfet a été encouragé à fermer par décret les chemins de randonnée s’il constate une trop forte concentration de marcheurs. Même en plein air, le virus circule et toutes les activités doivent être contrôlées et pratiquées en bonne intelligence.

Les randonneurs ont hâte de se chausser pour partir arpenter les chemins qu’ils connaissent si bien et aiment tant. Cependant, le retour à la normale n’est pas prévu pour le mois de mai et sans doute pas pour le mois de juin. Il faudra être prudent et ne pas abuser des bonnes choses pour s’assurer qu’elles ne seront pas à nouveau purement et simplement interdites pour des raisons de sécurité.